Taille du texte

Les résultats

L’action de l’association et l’ensemble de ses ressources sont entièrement consacrés à son objet social.

Depuis 2010, l'action de l'association peut être synthétisée en 6 chiffres:

  • 250 entreprises engagées
  • près de 68.000 salariés concernés
  • 240 Correspondants Handicap nommés dans les entreprises de la branche
  • 994 contrats d'embauche signés avec des collaborateurs en situation de handicap
  • 1300 demandes de financement traitées, dont plus de la moitié au profit du maintien dans l’emploi
  • un taux d’emploi en progression de 1,69 (en 2009) à 3,46 % (fin 2015) soit un doublement en 6 ans !

2015, la dynamique de l'accord confirmée

L'année 2015 est la première année d'application du second accord de branche des entreprises du médicament, dont HandiEM anime et relaie la mise en œuvre. Les chiffres présentés au Conseil d'Administration du 13 juin confirment la dynamique de l'emploi des personnes handicapées dans la branche.

En voici quelques illustrations significatives :

  • Le taux d'emploi dans la branche progresse de 3,10 à 3,46 %, soit une augmentation de 12 %,
  • 208 contrats d'embauches ont été signés en 2015, un chiffre stable par rapport à 2014,
  • Le nombre de demandes de financement émanant des entreprises adhérentes a fortement augmenté pour atteindre 445 dossiers traités au cours de l'année, soit une progression de 32 %. Ils portent majoritairement (56 %) sur le maintien dans l'emploi.

Le second accord de branche des entreprises du médicament se développe sur 5 ans, de 2015 à 2019.

Interview de Céline Grelier, en charge de l’association

celine-grelierQuel bilan pouvez-vous faire des années 2009 à 2014, 5 premières années de mise en œuvre de l'accord de branche ?

2010 a été l’année du lancement ; elle a permis de poser les bases de ce que serait l’association pour le déploiement de l’accord.

L’année 2011 a compté double ! Elle a été celle de la structuration de l’offre de service de l’association, et celle du déploiement et de la prise de contact avec les Correspondants Handicap.

Si depuis l’origine, l’association assure des activités de gestion (aide à la déclaration de la DOETH, collecte des fonds dédiés, gestion des dossiers soumis par les entreprises entrant dans le champ de l’accord), elle a développé progressivement un grand nombre de moyens d’information, de formation et de prestations de services pour les entreprises.

Dans ces domaines, les années 2012 à 2014 ont été des années de montée en puissance vers une animation active de l’accord de branche.

Les engagements de ce premier accord ont ils été atteints ?

Tous les objectifs "quantitatifs" ont été atteints ou dépassés.

Le taux d'emploi d'abord. Passé de 1.69 % à 3.10 %, il a progressé de 83 % sur les années 2009 à 2014. Un objectif de 400 recrutements avait été fixé, 744 ont été réalisés.

De 2010 à 2015, le taux d'emploi dans les entreprises du médicament a doublé, pour passer de 1,69 à 3,46 %. L'association a reçu et traité 1320 demandes de financement, dont plus de la moitié concernaient des dossiers de maintien dans l'emploi. 800 interventions et conseils ont été donnés aux 250 entreprises adhérent à l'accord de branche ; les achats au secteur du travail adapté et protégé ont connu une très forte progression, pour contribuer à hauteur de 20 % au taux d'emploi. 

Si les chiffres attestent de réalisations concrètes, ils ne doivent pas minorer le très important travail de méthodologie, de formation et de transfert de compétence réalisé par l'association depuis 2010. Ni occulter que ces résultats sont le fruit d'une mobilisation collective, des Correspondants Handicap, des Responsables Ressources Humaines, des Services de Santé au Travail, des Instances Représentatives du Personnel, des manageurs, des équipes sur le terrain... 

Mais nous sommes encore loin d’avoir abouti. Le taux d’emploi légal est de 6%.

QAvec la signature et l'agrément du second accord de branche, avez vous réorienté vos priorités ?

Ce second accord s'est construit sur trois grands objectifs : Consolider les acquis, poursuivre la mobilisation pour atteindre et dépasser de nouveaux seuils, innover.

Doubler le taux d'emploi, passer de 1,69 à 3,46 % en 6 ans n'est pas un exploit, mais un progrès significatif qui témoigne d'un engagement collectif. Toute action en faveur de l'emploi des personnes handicapées repose sur l'information des collaborateurs, sur la sensibilisation de tous, et singulièrement des managers. Nous disposons à ce titre d'une palette d'outils et de services qui s'enrichit chaque année. Pour n'en citer que quelques uns : affiches, livrets, quiz, films de sensibilisation, site collaboratif dédié au réseau des Correspondants Handicap... tous ces outils sont mis à disposition des entreprises de la branche afin de les aider à engager des actions, à animer cette dynamique.

Le maintien dans l’emploi est-il toujours une de vos priorités ?

Pérenniser et consolider les acquis, c'est aussi faire de l'objectif du maintien dans l'emploi une évidence et la colonne vertébrale sur laquelle s'appuie et s'incarne notre volonté commune. Vouloir prendre soin de nos collaborateurs, faire en sorte que les accidents de la vie - accidents domestiques, de la route, maladies professionnelles, maladies chroniques - ne soient pas la double peine du handicap et de la perte d'emploi. Nous avons de nombreuses solutions. Cette question est au cœur de notre engagement social et sociétal, au cœur de la gestion prévisionnelle des emplois et des carrières, dans un contexte d'allongement de la durée de vie au travail et de progrès médicaux.

Comment pouvez-vous chercher à dépasser de nouveaux seuils ?

Le premier accord de branche avait fixé des objectifs que nous considérions, à l'époque, comme très ambitieux. Je prends deux exemples : l'emploi et le travail avec le Secteur du travail Protégé et Adapté.

En matière d'emploi, l'objectif de 400 recrutements, fixé pour la fin 2014, a été atteint et dépassé pour atteindre, fin 2014, le chiffre de 740.

Pour les 5 années du second accord, nous avons fixé l'objectif à 440 recrutements. C'est 10 % de plus, dans un contexte d'emploi en régression du fait des restructuration toujours en cours dans la branche des entreprises du médicament. Là où il y a une volonté, il y a un chemin. Ce chemin est formé par la volonté des dirigeants, la dynamique des équipes qui s'engagent dans la diversité, par l'utilisation des outils et ressources que nous mettons à la disposition des entreprises. Avec un vivier de 8.000 recrutements chaque année dans la branche, HandiEM accompagne et accompagnera les entreprises qui recrutent.

Second exemple, le travail avec le STPA. La part du travail avec le STPA dans notre taux d'emploi a atteint 20 % fin 2015. Nous avons fixé l'objectif de 30 % fin 2019. Pour y parvenir, nous avons mobilisé un groupe de travail pour partager les expériences et identifier les initiatives porteuses de résultats. Nous préparons un guide, des films de sensibilisation...

L'innovation reste-t-elle un moteur de votre action ?

Oui, par ce qu'en matière d'emploi des personnes handicapées, nous sommes loin de l'égalité des chances. Nous avons choisi trois terrains d'innovation : l'accompagnement vers l'emploi des jeunes, le handicap psychique et l'aide aux aidants.

Pour les jeunes, nous mettons en œuvre des contrats et certificats de qualification pour donner accès à nos métiers. Et nous avons signé en novembre 2015, avec les principales universités d'Ile de France, la Convention régionale de partenariat pour l’insertion professionnelle des jeunes handicapés. Très concrètement, il s’agit de soutiens à leurs études (information, accompagnement, prévention du décrochage), d’aides à l’insertion (stages, contrats d’alternance, recrutements…) mais aussi une participation à des réflexions et recherches pluridisciplinaires pour faire évoluer moyens et méthodes pour faciliter leur accès à l’emploi. Cette dynamique est lancée en Ile de France, nous l'étendrons à d'autres régions.

L'accompagnement des personnes atteintes de handicap psychique est un sujet qui est encore délicat. Ces maladies mettent les gens à l'écart alors que les traitements et suivis médicaux permettent au contraire une réinsertion. Nous avons des initiatives à prendre pour ramener vers l'emploi des personnes qui ont vécu des épisodes aigus de souffrance psychique.

Pour terminer, un mot sur notre Fonds social de solidarité. Concrètement, ce fonds est financé avec les produits financiers de la collecte. Dès le premier accord de branche, nous avons décidé de sa création et de dédier ces produits financiers à des actions concernant des collaborateurs confrontés à des situations particulièrement difficiles. Pour les années 2015 à 2019, nous avons ouvert ce fonds à l'aide aux collaborateurs des entreprises du médicament qui ont un proche en situation de handicap (enfants, conjoint, parent...) et pour lequel ils sont "aidants". Nous pouvons, dans des conditions particulières et exceptionnelles, leur apporter une aide financière. C'est simple, et pourtant très innovant. C'est une solidarité active et extrêmement concrète...

Pour en savoir plus : Rapport d’activité HandiEM 2016

La promotion de l'emploi des personnes en situation de handicap est un des piliers de la politique de Responsabilité Sociale, Sociétale et Environnementale des entreprises du médicament.

En savoir plus : Responsabilité Sociétale des Entreprises du Médicament

 

L’action de l’association et l’ensemble de ses ressources sont entièrement consacrés à son objet social.

 

Depuis 2010, l'action de l'association peut être synthétisée en 6 chiffres:

·         250 entreprises engagées

·         près de 68.000 salariés concernés

·         240 Correspondants Handicap nommés dans les entreprises de la branche

·         994 contrats d'embauche signés avec des collaborateurs en situation de handicap,

·         1300 demandes de financement traitées, dont plus de la moitié au profit du maintien dans l’emploi

·         un taux d’emploi en progression de 1,69 (en 2009) à 3,46 % (fin 2015) soit un doublement en 6 ans !